Andrew Stanton pense encore à John Carter, c’est peu, mais ça fait toujours plaisir ! Alors qu’il est semble-t-il scientifiquement prouvé qu’il y a un lac souterrain sur Mars, pour de vrai, Andrew Stanton a tweeté : « et les éléments du scénario des DIEUX [de Mars] continuent à devenir des réalités ». En effet, une des découvertes que fait John Carter dans la suite d’Une Princesse de Mars, c’est qu’il y a une mer souterraine sur Mars, l’océan d’Omean, qui n’est accessible que par engin volant, via un puits vertical creusé dans une montagne (un ancien volcan ?).

On est toujours sans nouvelle de l’événement que voulait organiser Andrew Stanton pour expliquer ce qu’auraient été les suites de John Carter. Et bien sûr, aucune nouvelle concernant une suite, malheureusement.

Nous sommes à présent six ans et demi après la sortie du film de mars 2012, et périodiquement sortent encore des articles listant John Carter parmi les films qui ne méritaient pas leur échec, comme celui-ci, daté du 10 juillet 2018 :

http://fandom.wikia.com/articles/6-summer-blockbusters-that-didnt-deserve-to-flop

« Il y avait un sacré pédigrée pour ce film, John Carter étant basé sur les livres du créateur de Tarzan, Edgar Rice Burroughs, et étant réalisé par la légende de Pixar Andrew Stanton, qui avait à sa disposition l'un des plus gros budgets de l'histoire du cinéma. Proposé comme étant un «Indiana Jones sur Mars», le film résultant était plutôt haletant, avec Taylor Kitsch jouant le personnage titre, un soldat de la guerre civile transporté sur la planète Barsoom, où il rencontre toutes sortes de créatures extraterrestres, dont une belle princesse, et se retrouve  impliqué dans un conflit épique. Mais les premières bande-annonces étaient sans éclat, les critiques mitigées, et bien que le film ait gagné de l'argent, ce budget exorbitant - combiné à l'énorme campagne de marketing nécessaire pour présenter les personnages et le monde - entraîna la perte d'une fortune pour Disney. Et les plans pour une trilogie furent abandonnés. »

 

Pour information, les cinq autres films « blockbuster d’été » cités ne méritant pas leur échec en salles sont Jack Burton dans les griffes du Mandarin, Scott Pilgrim, Rocketeer, Tomorrowland et The Nice Guys. Notons aussi au passage que bien que j’aurais aimé pouvoir affirmer le contraire, John Carter n’a officiellement pas gagné d’argent comme c’est pourtant précisé dans l’article. Si le film a bien rapporté officiellement 283 millions de dollars dans le monde, seule une fraction de ce chiffre est revenue à Disney en définitive, et donc pas assez pour contrebalancer les 250 millions de dollars de la production.

37861588_859022817624566_6039428568906203136_o