Le texte ci-dessous est long et érudit, mais à mon humble avis il en vaut la peine. Celui-ci, écrit par le professeur Ronnie W. Faulkner, a été publié il y a 10 ans sur le site ERBZINE de Bill et Sue Hillman, LA référence des sites internet pour tout ce qui a trait à Edgar Rice Burroughs. Il démontre, s'il en était besoin, qu'Edgar Rice Burroughs, loin d'être raciste, était même assez progressiste dans ses opinions sur les différences de couleurs de peau. Il présente également l'avantage de replacer ses textes dans le contexte de l'époque, où certains auteurs à succès, oubliés aujourd'hui, produisaient des écrits qui seraient à vomir aujourd'hui. Il montre enfin pourquoi les écrits martiens d'ERB, sans doute sa série préférée, valent encore de nos jours la peine d'être lus, et célébrés.

http://www.erbzine.com/mag21/2177.html

Avec l'autorisation de Bill Hillman, veuillez trouver donc ci-dessous une traduction du texte effectuée par votre serviteur. J'ai laissé les références bibliographiques telles quelles, elles se réfèrent bien sûr à des ouvrages américains. Il y a aussi beaucoup de notes de bas de page que j'ai laissé de côté mais que vous trouverez dans l'article original, si cela vous intéresse. Bonne lecture !

______________________________________________________________________________________________

Par Ronnie W. Faulkner
Associate Professor ~ Campbell University (Buies Creek, NC)

"Un homme qui s’évade dans des fantaisies sur d'autres mondes se découvre à chaque page qu'il crée", note Irwin Porges dans sa biographie d'Edgar Rice Burroughs [a.k.a. ERB] parue en 1975. Malheureusement, pendant des décennies, bien peu se sont intéressés à Burroughs. Bien que plus d'attention ait été accordée à l'auteur par les lettrés au cours des vingt dernières années, certains aspects de son travail manquent d'analyse. Cela est vrai même si ses livres se vendent toujours à l'aube du XXIe siècle (McWhorter, «Edgar Rice Burroughs» [vii], Markley, 184, Scholes et Rabkin, 171).

Beaucoup de ceux qui ont écrit sur les romans de Burroughs au cours des années y ont vu des fantaisies racistes sur pratiquement toutes les pages. En 1992, Richard Slotkin reliait l'ERB à l'eugéniste Madison Grant, auteur de The Passing of the Great Race (« le passage de la Grande Race » (1916)), et à Thomas L. Stoddard, auteur de The Rising Tide of Color Against White World Supremacy (« La montée de la couleur contre la suprématie mondiale des blancs » (1920)). A travers John Carter, le héros des romans martiens, Slotkin a soutenu que l'écrivain avait créé son propre Mythe de la Frontière, avec Carter « en tant que dépositaire de l'énergie raciale qui soutiendra, et si besoin est, régénérera l'hégémonie de la Grande Race ». Un autre critique d’ERB a écrit en 1994 : « Le racisme sous-tend la quasi-totalité de ses écrits » (Slotkin, 202, Silver). Bien que tous deux suggèrent qu’ERB n'était pas raciste au sens moderne du terme, ils n'ont pas réalisé son bond en avant, représentant, comme Robert Markley l'a postulé en 2005, un « populisme interplanétaire » qui « dépouille » la science-fiction eurocentrique de son héritage impérialiste. "(Markley, 186-187).

Une familiarité avec les écrits de Burroughs et avec la vaste littérature raciste américaine au tournant du siècle accrédite la thèse selon laquelle les romans martiens de Burroughs ont fourni un paradigme précoce de tolérance raciale, en déplaçant les conflits raciaux hétérogènes des États-Unis vers un lieu interplanétaire éloigné, cet endroit étant Mars. Sur cette planète, par l'intervention active du héros, un degré d'harmonie raciale est atteint. Certes, le personnage principal est blanc, mais c'est parce qu'il était, comme l'écrivait Richard Lupoff, « Burroughs dans ses rêves les plus chers » (Lupoff, Barsoom, 33). En d'autres termes, la couleur de peau du protagoniste était tout simplement celle de son auteur. En outre, les luttes sur Mars représentaient une tentative conservatrice et spécifiquement américaine d’amener de la justice à l'intérieur des limites préexistantes de la société. Lorsque les héros de Burroughs apportaient des changements, leur but était conservateur : « rétablir un ordre perdu, remettre un prince légitime sur le trône » (Orth, 223).

Les écrits Martiens

Le Mars de Burroughs - "Barsoom" - était une planète mourante sur laquelle le Capitaine John Carter, un vétéran des Confédérés de Virginie, était mystérieusement transporté par une sorte de projection astrale. Sur Mars, cependant, il redevint chair. La planète ressemblait un peu à celle de Percival R. Lowell, à savoir une civilisation mourante, bien que la compréhension scientifique de l'auteur fût au mieux sommaire. (Mullen, 230, Markley, 186-187, Brady, 33-34, Clute, 177-179). Alors que ses histoires peuvent révéler une certaine carence au niveau des connaissances scientifiques, elles ont révélé beaucoup de choses sur les prédispositions ERB sur la notion de  « race ». Il est apparu que "Burroughs développait ses héros et leurs arènes pour l'aventure selon sa conception de ce qu’était le monde et de ce qu’il devrait être" (Kudlay et Leiby, 68).

A première vue, les romans martiens étaient des contes d'action et d’aventure à destination des garçons adolescents. Lupoff, cependant, dans son livre sur Barsoom, a fait la remarque que les "contes sont chargés de symboles ... Les livres ont plusieurs niveaux de signification" (p.26). Erling B. Holtsmark a écrit que l'auteur était "dans le courant dominant ... de son époque" et avait "la présomption que" notre société "[c'est-à-dire, la société américaine] est incontestablement souhaitable et donc imposable". Plus récemment, Silver a déclaré que la société de l'auteur "avait certaines tendances racistes dans lesquelles Burroughs était endoctriné" (Holtsmark, 7, Silver). Pourtant, les romans fournissent peu de soutien substantiel à ces affirmations.

Les observations concernant le racisme, rapportées ci-dessus, ne sont vraies que de façon très limitée. Comme l'a dit Harry Stecopoulos en 1997 : "Burroughs était un peu éloigné du statu quo au début de sa carrière d'écrivain dans les pulp magazines." Alors que les premiers héros de la plupart de ses romans étaient des hommes blancs, ils avaient une «attirance pour la différence». Stecopoulos en déduit qu'il y avait une ambivalence raciale dans les attitudes et les écrits d'ERB (pp. 171, 177, 188). Cet attrait pour la différence et l'ambivalence qui l'accompagne nous amène à les comparer avec les normes raciales de l'époque.

Tout bien considéré, le supposé "endoctrinement" de Burroughs était plutôt léger. En cette période d'extrême racisme, même le juge en chef des États-Unis, Edward Douglas White, un catholique de Louisiane, était un ancien membre du Klan (Cook, 172). Les relations raciales en Amérique étaient à leur niveau le pire, soutenues par les idées envahissantes du darwinisme social popularisé par Herbert Spencer et William Graham Sumner, et dans la fiction à succès par Thomas Dixon, auteur de The Leopard's Spots (1902) et The Clansman (1905), ainsi que par l'écriture pseudo-scientifique de RW Shufeldt, auteur de The Negro: A Menace to American Civilization (« Le Nègre : Une Menace pour la civilisation américaine » (Hofstadter, 1-66, Hayes, 330-344)). Les romans de Burroughs, eux, parlaient de tolérance et même de métissage.

Ce qui précède est particulièrement significatif, car l'auteur Robyn Wiegman a soutenu que le divertissement américain populaire de la dernière moitié du siècle soutenait le patriarcat masculin par une « similitude de genre », d'interaction blanc-noir par laquelle « le lien masculin déplace les craintes sociales autour du métissage. L'amour [non sexuel] des hommes contourne en effet la menace du métissage »(pp. 150-155). Pourtant, la fiction de Burroughs, écrite plus d'un demi-siècle avant cette analyse, combinait le lien et le métissage entre les hommes, exposant une conception de l'interaction raciale plus développée que celle de beaucoup de divertissements populaires édités plus tard dans le siècle. Il est révélateur que Carter se soit marié en dehors de sa race, alors que Tarzan s'est marié avec une femme blanche civilisée et n'a donc pas violé les normes raciales conventionnelles. Ceci peut expliquer non seulement les nombreux films de Tarzan, mais aussi pourquoi les romans martiens n'ont jamais été transformés en films au 20ème siècle.

Quelques auteurs, notamment le biographe Porges, l'essayiste Jeff Berglund et l'analyste F. X. Blisard, ont soutenu que Burroughs n'était pas un raciste. "En fait," écrit Berglund, "son bilan personnel plutôt positif des relations interculturelles et interraciales pourrait suggérer le contraire". Blisard a trouvé des exemples pour présenter ERB comme un promoteur du « dialogue racial », incluant « l'adoption virtuelle d'un vétéran noir de la guerre civile (James M. Johnson) dans la famille Burroughs », sa sympathie pour les Amérindiens, son admiration pour les «Buffalo Soldiers». , "Son introduction d'une" suprématie noire ... cette société dans la première suite de Barsoom ", et la découverte du poème de l'auteur « The Black Man's Burden: A Parody » (Le fardeau de l'homme noir: une parodie) "(Porges, 60, 70, 426-427; Berglund, 59; ) .9 Malgré cela, les livres de Mars n'ont pas été étudiés comme la première preuve de la tolérance raciale de l'auteur.

D'autre part, les romans de Burroughs consacrés à Tarzan ont longtemps été critiqués pour les stéréotypes raciaux concernant les noirs, bien que Burroughs compense cela en mettant en scène des blancs malveillants stéréotypés. Il sympathisait avec les Africains. Dans Tarzan le Terrible (1921), par exemple, il y a « la critique des attitudes contemporaines envers les Noirs ». ERB n'était pas un écrivain subtil et, s'il avait été si bien disposé, son racisme présumé se serait révélé aussi clairement que celui de son contemporain, Thomas Dixon. (Holtsmark, 45-46, 48-49, Greer, 16-121).

Né à Chicago en 1875, Edgar Rice Burroughs a passé sa jeunesse dans l'Illinois, le Maine et l'Iowa, et connaissait de nombreux vétérans de l'Union, dont le noir James M. Johnson. Il s’est engagé dans une académie militaire et a servi deux ans dans l'armée en 1890, mais a finalement décidé de ne pas faire carrière militaire. Burroughs se retrouva bientôt marié, avec une famille, et étouffait dans un travail de bureau. En 1912, il a lancé sa carrière en tant qu'auteur avec l'histoire "Sous les lunes de Mars" dans le magazine All-Story, qui est devenu la base de "A Princess of Mars" (Holtsmark, 1-15; Brady, 353).

Étant donné la vie de Burroughs, il est curieux qu'il ait choisi un ancien officier de cavalerie confédéré comme protagoniste dans sa série martienne. Mais à l'instant où le capitaine Carter se réveille sur Mars, transporté par la terre d'une manière peu plausible, et confronté à d'énormes hommes verts, on voit la logique derrière ce choix. Mars se révèle être une planète multiraciale en perpétuel état de guerre. Qui pourrait mieux reconnaître cette division raciale de ses dangers que celui qui a l'expérimentée directement ? La dictature militaire semble être la forme de gouvernement préférée. Qui peut s’en sortir au mieux sinon un militaire ?

Bien sûr, Carter n'est pas seulement un personnage fictif, mais une incarnation des idéaux de son créateur. Le caractère distinctif et les capacités du capitaine découlent de son origine et de son caractère terrestres, et non de sa couleur. Pas étonnant que Carter ait cru, et par extension Burroughs, que "C'est le caractère qui fait l'homme, et pas l'argile qui est son enveloppe" (Swords of Mars & Synthetic Men of Mars, 340).

En tant que gentilhomme du sud et militaire, Carter s'adapte facilement à l'environnement martien. Parmi les Martiens verts guerriers (les Tharks), le Virginien se fait apprécier par sa compétence au combat (A Princess of Mars, 1, 36). Ainsi ont commencé ses rencontres avec les races de Mars. Dans presque toutes les ethnies il a trouvé un allié, les Therns à la peau blanche, de façon assez intéressante, étant l'exception significative. Il a combattu côte à côte avec chaque race, et a épousé la belle princesse rouge d'Hélium, Dejah Thoris. Il est devenu un noble d'Hélium et seigneur de guerre de Barsoom.

Les races de Mars

"La forme [de la science-fiction] a toujours été un peu plus en avance quant à son traitement des relations raciales et entre différentes races", écrivaient Robert Scholes et Eric S. Rabkin dans leur étude du genre en 1977 (p.187). Dans ce domaine, Burroughs était certainement un innovateur original. Contrairement à de nombreux auteurs de l'époque, Burroughs ne trouva pas d'analogie entre race et genre, et les liens interraciaux fréquents n'excluaient pas les mariages mixtes raciaux. Dans les romans d'ERB, c’est à travers l'interaction très avancées du héros avec une variété de races différentes que les rapprochements raciaux se manifestent.

Les Tharks, une tribu des hommes verts de Mars, furent les premiers Barsoomiens avec lesquels John Carter entra en contact lorsqu'il se réveilla sur la planète rouge. Un peuple nomade patriarcal, de 4,5 mètres de haut, avec quatre bras, lourdement blindés, et portant une variété d'armes, ils étaient à la fois imposants et menaçants. En fin de compte, Carter a atterri près de l'un de leurs nids, où leurs œufs couvaient. Toutes les races de Mars se reproduisent à travers des œufs. Après s'être échappé en effectuant des acrobaties incroyables, Carter s’est finalement retrouvé face à l’un des guerriers, qui a mis de côté ses armes. Ce personnage était Tars Tarkas, qui devient le premier vrai ami de Carter sur Mars. Tout comme les autres guerriers verts, il a été impressionné par l'agilité du nouveau venu. Le Virginien est devenu prisonnier des Tharks - un statut qu'il ne gardera pas longtemps (une princesse de Mars, 29, le seigneur de guerre de Mars, 152).

Peu de temps après son arrivée dans une ville déserte, Carter a abattu un guerrier brutal et a tué l'un des grands singes blancs de Mars. Carter a noté que ces événements "et mes exploits de saut m'ont placé sur un haut pinacle en ce qui concerne [les hommes verts] ... Ces gens adorent la prouesse physique et la bravoure, et rien n'est trop bon pour l'objet de leur adoration aussi longtemps qu'il maintient sa position par des exemples répétés de son habileté, de sa force et de son courage » (A Princess of Mars, 34).

À un autre moment du récit, Carter et la princesse Dejah Thoris s'échappent et sont repris. Tal Hajus, le cruel Jeddak (chef) des Tharks, a ordonné la mort de la princesse, en ajoutant: "Mais avant la torture, vous serez à moi pour une courte heure" (A Princess of Mars, 106). Ce type de scénario de viol est suggéré à plusieurs reprises tout au long du roman, le plus souvent avec Dejah ou avec une autre belle femme rouge comme victime potentielle.

Carter a fait en sorte de forcer une bataille contre Tal Hajus, lequel avait tué la compagne de Tars Tarkas. Après un bref combat, Tars Tarkas prend sa revanche, tue le Jeddak et se retrouve en position de pouvoir sur les Tharks. Carter avait maintenant un ami puissant parmi les chefs de Mars. Il a libéré Dejah et l'a rendue à son propre peuple (du moins temporairement). Tars Tarkas mène plus tard les hommes verts en alliance avec Carter et Helium contre les Therns, les Pirates Noirs, et les hommes jaunes d'Okar (A Princess of Mars, 92-93, 156, The Warlord of Mars, 152, Wright, 41) .

Un certain nombre d'auteurs ont pensé identifier les Tharks comme étant des Indiens d'Amérique, mais Burroughs considérait plutôt les hommes rouges comme des Amérindiens. Quand son héros a vu un grand groupe d'entre eux vêtu de plumes et de parures, il a noté: "Je ne pouvais qu'être frappé par la ressemblance étonnante que le groupe avait avec une bande d'Indiens rouges de ma propre Terre" (A Princess of Mars, 136). Pour les Tharks, Lupoff, dans son étude de Barsoom, a trouvé un autre parallèle terrestre:

Certainement l'existence nomade des hommes verts, leur dédain pour le travail manuel, le rôle joué par leurs femmes (à la fois chéries et protégées, mais aussi opprimées et exploitées), leur admiration pour les conquêtes martiales, leur préférence pour le désert plutôt que la vie urbaine, l'accent mis sur l'équitation (à dos de thoats) -toutes suggèrent plutôt des Arabes, d'autant qu'ils étaient déjà connus dans les médias populaires du temps de Burroughs (pp. 50-51).

Cette vue est plus logique que de voir dans les Tharks des Indiens. Edward W. Said a écrit dans son livre Orientalism: "Si l'Arabe occupe assez d'espace pour attirer l'attention [dans les écrits occidentaux], c'est d’une façon négative" (Said, 286). Compte tenu de l'association des Arabes modernes avec le djihad et le terrorisme, l'identification des Tharks prompts à la violence avec les Arabes pourrait être encore plus forte pour les lecteurs actuels que pour les lecteurs de la génération de Burroughs. Dire que les hommes verts ressemblaient aux Arabes n’en fait pourtant pas des Arabes de fait. Déjà, ils ne sont clairement pas humanoïdes.

En dépit de la langue et de la culture non-terrestre des hommes verts, Carter s'est adapté à leurs manières avec intelligence, habileté et un niveau surprenant de tolérance. Cette adaptation présageait déjà de la manière dont le héros traiterait plus tard avec les autres races extraterrestres. Ces interactions futures ont été grandement simplifiées par le fait que tous les Barsoomiens parlaient la même langue (Roy, 125-126).

Les hommes rouges de Mars étaient parmi les races les plus habiles techniquement, voyageant et combattant avec de grands navires aériens, et vivant dans les villes fortifiées les plus avancées, dont les plus importantes étaient les villes jumelles d'Hélium. De par leur apparence physique, ils ressemblaient aux Amérindiens.

Même si Burroughs a peut-être été légèrement influencé par l'idée du « Noble Sauvage », il vaut la peine de considérer qu'il a été affecté dans le sud-ouest américain alors qu'il était dans l'armée et qu’il connaissait donc bien les Indiens d'Amérique. En fait, il a écrit un livre en 1927, The War Chief, pour lequel l’éditeur a insisté pour supprimer un grand nombre des commentaires favorables sur l'Apache. Les comparaisons entre les Indiens et les Blancs « civilisés » étaient souvent défavorables aux Blancs. Sa connaissance personnelle des Indiens de l'Idaho, du Nouveau-Mexique et de l'Arizona semble avoir été son inspiration pour les hommes rouges de Barsoom (Porges, 426-427) . Néanmoins, comme le prouve la facilité avec laquelle ERB a créé des méchants d'une variété d'origines raciales, y compris non seulement des Blancs, mais aussi des Rouges et des Noirs, ses créations évitent ce que Roger Sandall appelait un « paysage imaginaire du primitivisme romantique ». Ses extraterrestres étaient des individus à la fois sauvages et nobles, bons et mauvais. . Carter a même combattu des hommes rouges assoiffés de pouvoir tels que le prince Sab Than de Zodanga, une ville qui a défié Helium pour la prééminence sur Mars. Sab Than a enlevé Dejah Thoris et a menacé Hélium de destruction à moins qu'elle ne l'épouse. Carter soumit Zodanga et sauva la princesse avec l'aide de hordes d'alliés verts (A Princess of Mars, 138-152, 160-164).

Peu de temps après l'arrivée de Carter sur Mars, les Tharks combattirent une flotte de vaisseaux aériens et capturèrent une jeune femme noble et rouge. Le capitaine est immédiatement fasciné par sa beauté et tombe amoureux de la femme à peine vêtue, Dejah Thoris, princesse d'Hélium. Bien que Dejah soit supposément une scientifique, cette idée n'est jamais développée, et elle se met constamment dans des situations sexuellement menaçantes qui nécessitent un sauvetage par le héros (A Princess of Mars, 46, 54-59, Brady, 88). Clairement, les vues d'ERB sur le genre manquaient de la progressivité de ses attitudes sur la race.

Au tournant du siècle, il y a peu de péchés envers la race plus flagrants que celui du métissage. Madison Grant a averti que le fait d'ignorer les distinctions raciales conduisait l'Amérique vers « un abîme racial », tandis que Lothrop Stoddard ressentait le besoin pour les Américains d '« exorciser le spectre caché du métissage » (Grant, 228, Stoddard, 309). Dixon dans The Spots of Leopard affirmait même que « devenir mulâtre ... c'est la mort » (p.242). Malgré les opinions dominantes, il était clair dès le début que Carter ne se déroberait pas aux implications de ses sentiments pour une Dejah Thoris ovipare, qu'il croyait être "tout ce qui était parfait, tout ce qui était vertueux et beau et noble et bon". À la fin du roman, lui et sa princesse sont mariés et attendent l'éclosion d'un « œuf blanc comme neige » - leur premier enfant (A Princess of Mars, 78, 171). Le fait que la race rouge elle-même soit le produit d'un mélange de races a encore démontré le décalage de Burroughs par rapport aux normes de son temps.

Les darwinistes sociaux affirmaient l'infériorité des Amérindiens ainsi que celle des Noirs. Dans les Principes de sociologie de Franklin Giddings, publiés pour la première fois en 1896, l'auteur déclarait que les Indiens d'Amérique étaient virtuellement exterminés parce que « l'Indien a montré moins de capacité que le nègre à s'adapter à de nouvelles conditions ». Lord James Bryce a observé en 1912: « On entend rarement parler d'un Indien pur accomplissant quelque chose ou se révélant soit par la guerre, soit par la politique, soit dans n'importe quelle profession, au-dessus du niveau de sa classe ». En écrivant en 1914, le géographe Ellsworth Huntington a théorisé: « Les Indiens sont très arriérés, ils sont stupides et lents à adopter de nouvelles idées » (Giddings, 328-329, cité dans Degler, 17, Bryce, 184, Huntington, 192).

Ceci est particulièrement remarquable parce que le produit de l'union de Carter et Dejah Thoris, le jeune Carthoris, était un beau spécimen humain. Lors de sa première rencontre, après avoir été ramené sur terre et être retourné sur Mars après une période prolongée, Carter n'a pas reconnu son propre fils. "Ses traits étaient très réguliers", observa le terrien perplexe, "et, comme les proportions de ses membres et de son corps gracieux, beaux à l'extrême." Plus tard, il fut très impressionné par les prouesses martiales du garçon (The Gods of Mars, 93, 105). À la fin, nous découvrons que Carthoris possédait les meilleurs attributs physiques de sa mère et de son père, combinés à une intelligence vive. Il lui manquait ces caractéristiques associées aux yeux des racistes du début du XXe siècle avec celle du «bâtard» détesté. Dans un roman ultérieur de la série, le couple a eu un autre enfant, une fille, Tara, qui était elle aussi un spécimen humain exquis (The Chessmen of Mars, 7-70).

En fait, ce qui s'est passé dans le roman de Burroughs est précisément ce qui était encouragé à l'époque par Franz Boas de l'Université Columbia. Boas a plaidé contre les notions populaires d'infériorité raciale biologique inhérente, posant la culture et l'environnement comme des facteurs plus importants dans l'explication des différences raciales. Dès 1911, Boas prônait le mariage racial comme solution au problème racial de la nation et estimait que l'amalgame racial serait « avantageux » et présenterait « le plus grand espoir pour l'avenir immédiat » (Stocking, 213, Boas, «The Problem of The American Negro », 393-395, Degler, 79) . Carter a pratiqué ce que Boaz a prêché !

Les Therns constituaient la race blanche principale de Mars et tenaient une position significative dans le culte martien de la déesse Issus. Les membres supérieurs de la race, les Saint Therns, ont servi de protecteurs suprêmes des superstitions qui constituaient le système primaire de la croyance martienne. Les Therns habitaient dans les palais fortifiés sur les pentes extérieures des montagnes Ortz.

Tous les Martiens vivaient très vieux, au moins mille ans, et mouraient rarement de causes naturelles. Dans la vieillesse, le Martien typique qui a réussi à vivre aussi longtemps descendait le fleuve Iss vers un paradis céleste supposé, ne réalisant pas que ce qui attendait était soit la mort causée par des hommes suceurs de sang ou la capture et l'asservissement par les Martiens blancs. Au lieu de trouver le Paradis, des pèlerins sans méfiance  trouvaient un enfer martien (Les Dieux de Mars, 29, Roy, 126-129).

Carter, après avoir remonté l'Iss, a d'abord rencontré un Thern dans la vallée de Dor, terre des morts, supervisant un groupe de prisonniers rouges. Le capitaine vit qu'il était « un homme au visage méchant, ni rouge comme les hommes rouges de Mars, ni vert comme les hommes verts, mais blanc, comme moi, avec une grande masse de cheveux jaunes filasses ... Il était d’une taille similaire à la mienne, bien musclé et dans tous les détails extérieurs formé aussi précisément que le sont les hommes de la Terre "(The Gods of Mars, 32-33). Il a plus tard découvert que les cheveux étaient simplement une perruque recouvrant un crâne chauve.

Alors que les Therns sont ceux qui ressemblent le plus à Carter lui-même et devraient, sur la base des idées racistes de l'époque, être ses alliés les plus appropriés ; ils ont prouvé être tout le contraire. Leur côté impitoyable, leur rigidité religieuse et leur sens insupportable de la supériorité en faisaient les antagonistes les plus tenaces contre Carter. Ils avaient peu de caractéristiques rédemptrices. Leur prisonnière, Thuvia, a même dit à Carter avec dégoût: « Les saints Therns mangent de la chair humaine, mais seulement celle qui est morte et vidée par les lèvres suceuses des homme-plantes, quand le sang souillé de la vie a été retiré ». Phaidor, la fille du chef des Therns, se vantait: « Comme l'homme peut manger de la chair des bêtes, ainsi les dieux mangent de la chair de l'homme, et les Saints Therns sont les dieux de Barsoom » (The Gods of Mars, 39, 75 ).

L'allié noir de Carter, Xodar, a expliqué les origines de la race blanche de Mars : "Les Therns sont le résultat d'ères d'évolution à partir du pur singe blanc de l'antiquité, mais ils sont encore d’un ordre inférieur. Il n’y qu’une race d’humains immortels sur Barsoom, et c'est la race des hommes noirs »(The Gods of Mars, 69). Ce n'est pas par hasard que Burroughs a renversé l'un des arguments racistes les plus populaires de Darwin. Cet argument est mieux exposé dans les mots de R. W. Shufeldt, qui, en écrivant en 1907, a déclaré que le Nègre « montre une approche beaucoup plus proche des singes anthropoïdes que toute autre race du genre Homo ». (page 36).

Carter n'éprouvait aucun sentiment d'identification avec ces gens chez qui « des siècles de fanatisme étroit et de culte de soi avaient éradiqué tous les instincts humanitaires plus étendus que la race avait autrefois possédé » (The Gods of Mars, 86-87, 182). Un assaut combiné contre les Therns réduisit rapidement leurs temples en ruines. Les attaquants "avaient nettoyé les forteresses et les temples des Therns quand ils avaient refusé de se rendre et d'accepter le nouvel ordre de choses qui avait balayé leur fausse religion d'un Mars qui souffrait depuis longtemps", rapporte Carter dans The Warlord of Mars (p. ). On est frappé par cette torsion du concept darwinien de « survie du plus apte ». Après le combat, le petit restant des Therns encore en vie accepta sa défaite et « alors ... il n'était plus rare de les voir se mêler aux multitudes d'hommes rouges » (Thuvia, Maid of Mars, 96).

Fait intéressant, trois autres races blanches sont apparues dans d'autres livres de la série Barsoom et toutes étaient en déclin. Dans Thuvia, Vierge de Mars, les Lothariens, peuvent tuer "par le pouvoir de la suggestion", mais ils ont perdu "l'esprit martial" et sont devenus "une race de lâches sans épines". Il n'y avait pas de femmes parmi les Lothariens survivants et Tario, le Jeddak de Lothar, tenta sans succès de garder Thuvia de Ptarth comme épouse captive (pp. 50, 66) . Pour clarifier le propos, une troisième race blanche dégénérée, Les Tarides aux cheveux bleus sont apparus dans le huitième livre de la série Barsoom, Les Epées de Mars. Cette race a vécu sur la lune martienne Phobos. Bien qu'ils aient eu des pouvoirs mentaux suffisants pour se rendre invisibles, seuls quelques milliers ont survécu. (Swords of Mars et Synthetic Men of Mars, 124-133) . Enfin, une quatrième race blanche a été découverte dans Llana de Gathol. Les membres restants de la race Orovar, d'où descendirent les Therns, les Lothariens et même les hommes rouges, occupaient l'ancienne ville de Horz. Carter tomba par hasard sur cette ancienne cité cachée. Il a été condamné à mort, mais s'est échappé. Cette race tout comme les autres glissait vers l'extinction (Llana de Gathol et John Carter de Mars, 7, 13, 22-51).

Que Burroughs ait imaginé toutes ces races blanches en déclin et à la limite de l'extinction ne peut pas être une coïncidence. Pour le darwiniste social de son époque, l'extinction était le résultat approprié pour une race qui n'avait pas la capacité de s'adapter. En termes darwiniens, les races mourantes méritaient leur sort.

Les Pirates de Barsoom, une race de suprématistes noirs, étaient encore une autre tribu rencontrée par Carter dans le deuxième roman martien, Les Dieux de Mars. Ils s'appelaient eux-mêmes les « premier nés » et étaient décrits étant comme des combattants supérieurs, effectuant souvent des raids sur les Therns et emportant des femmes captives. Les femmes ainsi capturées devaient servir d'esclaves à la personne qui se trouve au sommet de la religion martienne, la déesse Issus, une Barsoomienne noire. Le mythe du viol en sourdine existait sous forme victorienne dans les livres d'ERB, mais comme l'esclavage martien, il était interracial.

Quand Carter a eu sa première rencontre avec les noirs, ils attaquaient les Therns et Carter était déguisé en Saint Thern afin de sauver sa bien-aimée Dejah Thoris. Impressionné par ses talents militaires, un noir lui cria: « Si ce n’était à cause de tes cheveux jaunes détestables et de ta peau blanche, tu pourrais avoir l’honneur d’être un Premier né de Barsoom» (Les Dieux de Mars, 59).

Burroughs a décrit en grand détail la race noire de Mars :

"C’était des hommes grands, peut-être d’un mètre quatre-vingts et plus en taille. Leurs traits étaient nets et beaux à l'extrême; leurs yeux étaient bien placés et grands, bien qu'une légère étroitesse leur ait prêté une apparence astucieuse; l'iris, aussi bien que je pouvais déterminer au clair de lune, était d'une noirceur extrême, tandis que le globe oculaire lui-même était tout à fait blanc et clair. La structure physique de leurs corps semblait identique à celles des Therns, des hommes rouges et du mien. Seulement par la couleur de leur peau diffèrent-ils matériellement de nous; elle a l'apparence de l'ébène poli, et aussi étrange que cela puisse paraître pour un Sudiste de l’affirmer, elle ajoutait plutôt qu’elle ne nuisait à leur merveilleuse beauté (page 55)."

Comparez la description ci-dessus avec la description suivante écrite à peu près à la même époque d'un soldat noir de l'Union dans le best-seller de Thomas Dixon The Clansman, qui avait déjà fait le tour de la nation en pièce de théâtre en 1905-1906, et qui était adaptée en film (Cook, 135-154, 161-167) tandis qu'ERB écrivait son roman martien :

"Il avait le cou court et lourd typique de l'ordre inférieur des animaux. Sa peau était noire comme du charbon, ses lèvres si épaisses qu'elles se courbaient des deux côtés, avec des marques de sang croches. Son nez était plat et ses énormes narines semblaient en perpétuelle dilatation. Les yeux de perle sinistres, avec des taches brunes dans leurs blancs, étaient écartés et brillaient comme des singes sous ses petits sourcils. Ses pommettes et ses mâchoires énormes semblaient dépasser des oreilles et presque les cacher (p.216)."

C'est un contraste dramatique pour deux hommes de la même génération. Dixon, né en 1864, considérait plusieurs des Noirs qu'il décrivait dans ses romans comme des sous-humains, alors que Burroughs, né en 1875, considérait ses Noirs martiens comme des êtres humains supérieurs.

L'attitude de Carter vis-à-vis des Noirs était révélatrice de l'attitude de Burroughs dans la vraie vie, sans aucun doute. Pendant qu'il était dans l'armée, ERB a travaillé sous les ordres d’un sergent noir et avait observé : « Sans exception, ils étaient des hommes excellents qui ne tiraient aucun avantage de leur autorité sur nous et qui, dans l'ensemble, valaient mieux au travail que nos sergents blancs. » En 1899, il se moquait du poème de Rudyard Kipling, « Le fardeau de l'homme blanc », avec une parodie qui identifiait la culture blanche avec « le Dieu de l'homme blanc et du rhum ». Puis il a poursuivi : « Prenez-le parce que vous le devez, Charge de gagner de l'argent, Fardeau de la cupidité et de la convoitise » (Autobiographie ERB [manuscrit non publié] et parodie dans Scrapbook ERB, dans Porges, 60, 72).

Malgré l'opinion globalement positive sur la race noire sur Mars, un membre de cette race était la représentation même du mal : Issus, la déesse de la mort et de la vie éternelle. Issus était au centre de la religion martienne, soutenue à la fois par les Saint Therns et par les Pirates Noirs de Barsoom. Carter a appris sa vraie nature quand un ami noir, Xodar, lui a dit qu '"elle ne mange que la chair des meilleurs Therns et des Barsoomiens rouges". Les esclaves sont sommairement exécutés après une année martienne à son service. En outre, Issus était censé être belle, mais en fait utilisait ses pouvoirs télépathiques pour charmer les autres. Carter, résistant à ses pouvoirs, raconta que la véritable apparence de la déesse était celle d'une vieille sorcière ridée, repoussante et émaciée, à l'exception d'un abdomen déformé de façon grotesque (The Gods of Mars, 87-88).

Carter, avec l'aide de ses alliés verts et rouges et de son ami noir, Xodar, à ses côtés, renversa la sorcière dont le culte impitoyable et superstitieux avait asservi tout Barsoom. Il jeta la fausse déesse aux premiers nés « trahis et réclamant vengeance », qui l'ont déchiquetée en lambeaux. Par la suite, Xodar a été élevé au rang de Jeddak de la race noire de Barsoom (Les Dieux de Mars, 203, Le Seigneur de Guerre de Mars, 2). Ainsi Carter a cimenté une autre alliance.

 Les hommes jaunes de Barsoom vivaient isolés dans le froid glacial de la calotte polaire nordique. Carter et un ami, Thuvan Dihn, partirent en mission vers le nord pour trouver Tardos Mors et Mors Kajak, le grand-père et le père de Dejah Thoris. Dans les déserts du nord, Carter et Thuvan Dihn, viennent à la défense d'un guerrier jaune combattant cinq adversaires à lui tout seul, tous "féroces, des hommes à la barbe noire, avec des peaux de la couleur du citron mûr" (The Warlord of Mars, 80 ). Le Terrien et son ami gagnent la gratitude de Talu, Prince de Marentina, qui les aide à entrer dans la ville de Kadabra, capitale d'Okar, la terre des hommes jaunes.

La ville, enfermée dans un dôme de verre géant, avait sa propre usine atmosphérique. Là, Carter découvrit que Dejah Thoris, qu'il croyait en sécurité, était tombée entre les mains de Salensus Oll, Jeddak d'Okar, qui avait l'intention de l'épouser, ayant proclamé la mort de son mari bien-aimé. Carter, déguisé en homme jaune, fut découvert, arrêté et emprisonné. Il trouva Tardos Mors et Mors Kajak, et mena une révolte de prisonniers qui se termina par la mort de Salensus Oll, et l'intronisation de Talu comme nouveau Jeddak d'Okar (Le Seigneur de la guerre de Mars, 97-132, 148). Ainsi Carter a assuré la rédemption des hommes jaunes.

Qu'en est-il des conceptions en ce tournant du siècle sur les races jaunes du monde ? En 1907, Shufeldt pensait que, si les Chinois étaient supérieurs aux nègres, « de par leur nature même, ils étaient inadaptés à la forme de la civilisation indo-européenne ». Dès 1901, le sociologue Stanford Ross a inventé le terme « suicide de race » pour décrire la marée asiatique qui menaçait le déploiement des Blancs. Stoddard a spéculé: « Il n'y a pas de danger immédiat que le monde soit submergé par le sang noir, mais il y a un danger très imminent que les stocks blancs soient submergés par le sang asiatique » (Shuffeldt, 1961, cité par Matthews, 623-624; Ross, «Les causes de la supériorité raciale», 87-88, Stoddard, 301).

La menace ainsi dénoncée était populairement connue sous le nom de « péril jaune ». La Chronique de San Francisco demandait en 1905 des restrictions à l'immigration japonaise sur le modèle de la loi d'exclusion chinoise de 1882. « La terreur jaune nous menace, écrivait Schultz en 1908, et nous prendra bientôt à la gorge ». Pendant la campagne présidentielle de 1912, Woodrow Wilson a même dit de l'immigration chinoise et japonaise: « Je suis pour la politique nationale d'exclusion ... Nous ne pouvons pas former une population homogène avec un peuple qui ne se mêle pas à la race caucasienne ». "Schultz, 178, Gyory, 1-2, Wilson, 24: 238).

À l'époque où Burroughs écrivait, l'idée du méchant oriental avait été établie dès 1892. Alors qu’ERB était en train de faire publier son Seigneur de guerre de Mars en 1913, le livre dans lequel apparaissait la race jaune, un autre auteur, Sax Rohmer (Arthur S. Ward) a publié en Angleterre le Mystère de Fu Manchu, apparaissant sous le titre américain The Insidious Fu Manchu. Fu Manchu était « l'archétype du péril jaune » (Nevins). Burroughs, bien que familier avec cette opinion populaire, ne partageait pas un tel préjugé.

Compte tenu des attitudes populaires envers les peuples mongoloïdes aux États-Unis, il est remarquable que Carter ait trouvé un allié digne de confiance parmi les personnes jaunes. Burroughs a lui-même une fois voulu postuler sans succès à un poste de formateur pour l'armée chinoise après la rébellion avortée des Boxers en 1900 (Porges, 96-97) .22 C'était à une époque où les États-Unis avaient exclu des chinois et envisageait l'exclusion des japonais, ce qui suggère une certaine libéralité dans les attitudes d'ERB.

Après la Seconde Guerre mondiale, Burroughs a commis des écrits plus polémiques anti-japonais, appelant les troupes impériales des « sous-hommes », des « singes » et des « bêtes jaunes » dans son roman Tarzan and The Foreign Legion (1946). Cela semble avoir été davantage motivé par son poste de correspondant de guerre en réaction aux atrocités en temps de guerre que par un racisme inhérent (Greer, 27-29). Si cela prouve quoi que ce soit, c’est que sa tolérance antérieure envers les personnes à la peau jaunes était d’autant plus remarquable.

Conclusions

Les attitudes raciales populaires en Amérique au début du 20ème siècle se sont centrées autour du concept de supériorité anglo-saxonne. L'idée de l'égalité des droits politiques pour les minorités a perdu beaucoup de son attrait, surtout après que les États-Unis aient obtenu des possessions étrangères occupées par des peuples non blancs (Bloomfield, 400-401). D'autres races ont ensuite été définitivement considérées comme inférieures, avec des graduations de l'Asie à l'Afrique - cette dernière figurant au plus bas dans les schémas darwinistes.

Le succès de Thomas Dixon prouve cette façon de voir les choses. Les romans de Dixon se vendent à des millions d'exemplaires et ont des critiques dans le New York Times et d'autres revues, à une époque où les livres de Burroughs sont rarement mentionnés. Le film muet Birth of a Nation (1915), basé principalement sur ses romans sur la Reconstruction, fait de Dixon un millionnaire. The Leopard’s Spots, vendus à lui seul à plus d'un million d'exemplaires, portait le sous-titre révélateur « Un roman du fardeau de l'homme blanc », faisant écho au poème de Kipling impitoyablement parodié par Burroughs (Slide, 45). L'influence de Dixon était si répandue dans les années 1920 qu'un historien écrivait : « Dixon a probablement fait plus pour façonner la vie des Américains modernes que certains présidents » (Williamson, 40).

Les œuvres de Dixon renforcent les stéréotypes raciaux et solidifient le concept de « blancheur ». « Une goutte de sang nègre fait un nègre », écrit Dixon dans son premier roman Klan. « Il plie les cheveux, aplatit le nez, épaissit la lèvre, éteint la lumière de l'intellect et allume les feux des passions brutales. » Ses livres, ses pièces de théâtre et ses films ont été suivis de près et ont conduit l'historien William L. Link à conclure que « Dixon représentait à la fois son temps et le remodelait ... Dixon incarnait la fracture raciale qui s'était ouverte au début du XXe siècle. » (Dixon, The Leopard's Spots, 242, Romine, 124-150, Link, 207).

Bien que Burroughs fût « l'écrivain le plus populaire de l'ère des pulps », il n'a jamais eu autant de succès que son contemporain (Holtsmark, 10 ans, Wright, 24 ans, Porges 340, Slide, 74, 185) 24. Et pourtant aujourd’hui les livres de Dixon sont rarement lus ; par contre les romans d'ERB le sont toujours. Le regain d'intérêt pour Burroughs a commencé au début des années 1960 et continue de nos jours. Lupoff dans son livre sur Barsoom a écrit que « ce sont les œuvres « fantastiques », en particulier la série martienne ... qui ont gagné l'acceptation constante du public » (page 14). Ces romans, avec leurs représentations non stéréotypées des différentes races, ont influencé des générations d'auteurs (Brackett, 9).

Carter, l'alter ego de Burroughs, n'était pas un impérialiste typique et semblait enclin à l'autodétermination. Par exemple, après son triomphe à Okar, il a déclaré que ...

"Les hommes rouges sont gouvernés par des Jeddaks rouges, les guerriers verts des mers anciennes ne reconnaissent qu'un souverain vert, les Premiers-nés du pôle sud tiennent leurs lois du noir Xodar et il ne serait pas non plus dans l'intérêt de l'homme jaune ou de l’homme rouge qu’un rouge  s'assoie sur le trône d'Okar (le seigneur de guerre de Mars, 148)."

Le seigneur de guerre de Mars a été publié en série juste avant la Première Guerre mondiale. Burroughs a présagé l'autodétermination wilsonienne des nations, bien que le faisant sans le racisme manifeste de Woodrow Wilson.

Un analyste a écrit que les « Martiens ne différaient pas plus les uns des autres que les gens rouges, noirs, jaunes et blancs sur la terre » (Lupoff, Barsoom, 97). Certes, les races ne différaient pas beaucoup dans les yeux de Burroughs et sa représentation de la race était significativement différente des notions de l'époque. ERB envisageait la justice pour tous les hommes, indépendamment de la race - une chose extraordinairement rare dans une ère désormais consciente du concept de race. Au début de la série Carter a épousé Dejah Thoris, même si elle était un extraterrestre ovipare. C'était audacieux, suggérant que les races n'étaient pas destinées à rester séparées et distinctes, mais qu’elles pouvaient s'amalgamer avec des résultats bénéfiques – par exemple Carthoris.

Carter a résolu de nombreux conflits sur Mars, créant une société plus équitable et plus juste dans le processus. Le héros, cependant, n'était pas utopique. Par exemple, Carter n'a pas éliminé l'esclavage, qui était une institution non raciale sur Barsoom, mais il a éliminé ses pires aspects, comme lorsque son renversement d'Issus a mis fin à l'exécution d'esclaves après un an de service à la déesse. Il n'a pas non plus altéré la structure autoritaire de la société martienne, mais a plutôt introduit ses propres sensibilités dans cette société, changeant le type de dirigeants qui assumaient l'autorité. Le héros a répondu à un serment d'allégeance en promettant de « ne jamais vous inviter à tirer cette épée autrement que pour la cause de la vérité, de la justice et de la droiture ». Pas étonnant que Carter ait pensé que c'était « le caractère qui fait l'homme » (Les Dieux de Mars, 146, Épées de Mars et Synthetic Men of Mars, 340). Martin Luther King Jr., qui rêvait que ses enfants « ne seraient pas jugés par la couleur de leur peau, mais par le contenu de leur caractère », fait écho à cette notion non raciste (page 146).

Alors que Burroughs est souvent réputé donner la plus grande importance à l'hérédité, il croyait aussi en l'efficacité de l'environnement. Selon John Taliaferro, l'auteur populaire a produit « une sublime synthèse de la nature et de l'éducation » lorsqu'il a inventé Tarzan (p. 15). Il est remarquable que l’environnement nourricier ait également joué un rôle important dans ses romans martiens. L'environnement est la principale influence sur les peuples martiens, qui n'étaient pas seulement les malheureuses victimes de leurs gènes.

Ainsi, Clark A. Brady a écrit: « Carter a contribué à créer une nouvelle ère de coopération entre les nombreuses nations rouges, et même avec les races jaunes, blanches et noires, qui avaient été si hostiles à la race rouge et les uns envers les autres depuis si longtemps. Quelques-unes des tribus d'hommes verts et sauvages ont commencé à participer à cette nouvelle alliance »(p.34). Dejah Thoris, dans un plaidoyer adressé aux hommes verts, les appelait à « revenir aux voies de nos ancêtres communs, revenir à la lumière de la bonté et de la communion. La voie vous est ouverte, vous trouverez les mains des hommes rouges tendus pour vous aider "(A Princess of Mars, 55)

John Carter a servi de catalyseur pour amener les gens de ce monde mourant vers une humanité unifiée - une humanité qui existait dans ce passé lointain et hautement romantique. Bien que cette vision des Martiens exotiques ressemble quelque peu au romantisme raciste des peuples asiatiques, comme le souligne Saïd (pp. 98-99), il faut noter que les écrivains modernes, clairement non racistes (David Brin, par exemple) s'appuient souvent sur des races exotiques et des histoires romantiques (Stableford, 42).

Quoi qu'il en soit, les lecteurs avides du futur continueront à dévorer les romans de Burroughs, et comme l'a récemment déclaré TJ Glenn: « Tant que la littérature existera, les paroles d'Edgar Rice Burroughs et les exploits épiques de son héros immortel vivront aussi, invincibles et excitants »(page 28).

Certes, la longévité des romans martiens en tant que littérature populaire, indépendamment des changements multiples dans la société, les recommande pour une étude sérieuse plus approfondie. Le plus assurément, ceux qui lisent des livres sur l’ancienne Barsoom seront amusés; et, s'ils apprennent également des leçons sur la tolérance raciale, ce sera un bonus supplémentaire, et peut-être pas tout à fait inattendu.

http://www.erbzine.com/mag21/2177.html

 

erbzine faulkner