L'article complet d'ERBzine, écrit par Darrell C. Richardson, se trouve sur ce lien :

http://www.erbzine.com/mag11/1137.html

C'est dans le numéro du 7 mars 1914 de All-Story que paraît dans le courrier des lecteurs une missive d'un certain H.P.L. de Providence, Rhode Island :

"Ayant lu tous les numéros de votre magazine depuis ses débuts en janvier 1905, je me sens en quelque sorte privilégié d’écrire quelques mots d’approbation et de critique concernant son contenu.

A l'heure actuelle du goût vulgaire et du réalisme sordide, il est réconfortant de parcourir une publication telle que The All-Story, qui a toujours été et reste sous l'influence de l'école imaginative de Poe et Verne.

Pour des lecteurs aussi matérialistes que votre correspondant nord-britannique, MGW.P. de Dundee, il n'y a que trop de périodiques contenant des histoires "probables"; laissez donc The All-Story continuer à tenir sa position unique en tant que fournisseur de littérature à ceux dont l'esprit ne peut être confiné dans le cercle étroit des probabilités, ou réduit à une acceptation passive de la ronde fastidieuse des choses telles qu’elles sont.

Si, en effet, l'homme est incapable de créer des êtres vivants à partir de matière inorganique, d’hypnotiser les bêtes des forêts pour qu’elles accomplissent sa volonté, de se balancer d'arbre en arbre avec les singes de la jungle africaine, de redonner vie aux cadavres momifiés des pharaons et des incas, ou d’explorer l'atmosphère de Vénus et les déserts de Mars, ces histoires nous permettent, du moins en fantaisie, d'assister à ces miracles et de satisfaire ce besoin impérieux, étrange et impossible qui existe dans tous les cerveaux humains en activité.

Les professeurs en particulier, ainsi que les écossais sobres, peuvent dénoncer comme enfantin ce désir de fiction imaginative; non, je ne suis pour ma part pas sûr qu’un tel désir soit puéril, et à juste titre, car les attributs les plus nobles de l'homme ne sont-ils pas ce qui leur reste de leur jeunesse ? Celui qui peut conserver au cours des années l’esprit intact, l'imagination vive et la curiosité naïve de son enfance est plutôt béni que maudit ; des hommes tels que ceux-ci sont nos auteurs, scientifiques et inventeurs.

Edgar Rice Burroughs se trouve sans aucun doute à la tête de votre liste d’auteurs. J'ai lu très peu de romans récents par d'autres auteurs dans lesquels ceux-ci déploient une ingéniosité égale dans l'intrigue et dans la vraisemblance du traitement. Son seul défaut semble être une tendance à l'imprécision scientifique ainsi que de légères incohérences.

Par exemple, dans cette histoire admirable, Tarzan des singes, nous rencontrons le tigre Sabor, bien loin de son Inde natale [NDT : cette erreur réelle que commet Burroughs sera corrigée pour la publication en livre en 1914], et nous voyons le héros, qui, avant d’avoir appris la relation entre les sons vocaux et les lettres manuscrites, parvient néanmoins à écrire son nom, Tarzan, qu'il n'a connu que prononcé par les lèvres de ses compagnons poilus, et il en va de même pour les noms de Kerchak, Tantor, Numa et Terkoz, qu'il n'aurait jamais pu voir écrits auparavant.

En outre, dans Les Dieux de Mars, M. Burroughs fait référence au fait que l’année sur la planète rouge dure 687 jours martiens. Ceci est bien sûr absurde, car bien que Mars tourne autour du soleil en 687 jours terrestres, sa propre journée ou période de rotation est presque quarante minutes de plus que la nôtre, donnant ainsi à Mars une année qui ne contient que 668 et 2/3 jours solaires martiens. Je note avec regret que cette erreur a été répétée dans Le Seigneur de Guerre de Mars. [...]"

S'ensuit une appréciation de tous les autres auteurs de The All-Story, tous oubliés aujourd'hui, alors que la popularité de Lovecraft n'a, elle, cessé d'augmenter avec les ans ! Et en même temps qu'est "A la recherche de Kadath", sinon une version personnelle et déformée par Lovecraft des récits de Burroughs, au travers de son héros Randolph Carter ? On trouve même dans ces "Contrées du Rêve" une version déformée des Martiens verts avec les gigantesques Gugs à six membres.

Là s'arrêtent sans doute les similarités, tant les deux auteurs étaient différents. Bon anniversaire au passage à H.P.L. de Providence, Rhode Island, qui est né le 20 août 1890.

hpl